Réussir ses entretiens en visioconférence

07 Août 2021

Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on twitter
Share on facebook
Share on email

Exercice incontournable de l’accès à l’emploi, les entretiens de recrutement se sont eux aussi digitalisés. Comment faire bonne impression derrière un écran ? Sans tabou, nous avons relayé toutes vos questions auprès d’une spécialiste des ressources humaines de la filière mode d’un groupe leader mondial des produits de luxe. Ces clefs de préparation vous permettront de faciliter vos échanges à venir.
Pour des raisons de confidentialité et pour ne pas influencer les entretiens à venir de la maison, cette interview est proposée sous le couvert de l’anonymat.

Tous en Scène : Quelle tenue adopter pour un entretien en visioconférence pour une maison de luxe ?

Pour répondre à cette question, voici deux points essentiels :

1. Être attentif au style de la maison et s’adapter à la culture de la filière.
2. Adapter un look en fonction du poste visé : les codes sont différents d’une fonction à une autre.

S’inspirer du rituel de service :
Le rituel de service donne de bons indices pour connaître le style à adopter : une maison inscrite dans une culture mode aura tendance à être plus “décontractée” avec parfois l’usage de sneakers pour les vendeurs. L’univers de la haute joaillerie à l’inverse peut parfois paraître plus codifié et encadré : on retrouve par exemple l’usage des gants. L’ambiance est souvent plus feutrée et confidentielle.

Fonctions support (métiers du siège : exemples : marketing, finance)
De façon générale, une veste accompagnée d’une chemise pourrait paraître trop formelle. Le look costume-cravate est rarement adopté au quotidien dans les maisons.

Pour une visio, on peut recommander un t-shirt sophistiqué et confectionné dans de belles matières accompagné d’une veste lookée et bien taillée. Un chemisier dans une matière soignée peut aussi suffire.
La tenue reste une façon d’exprimer sa personnalité. Si vous êtes plus à l’aise dans des tenues plus colorées, allez-y ! Cela permet d’éviter les écarts entre l’image que l’on renvoie et la réalité ensuite.
Lors de mon entretien pour rejoindre la maison pour laquelle je travaille aujourd’hui, j’avais par exemple opté pour une combinaison sombre avec une col sophistiquée, j’avais apporté une petite touche de couleur : c’était une façon pour moi de traduire mon énergie positive et enthousiasme à travailler dans une atmosphère joyeuse !
Quel que soit le choix, il est recommandé de privilégier les tons sombres et unis à des tons flashy ou à motifs.

Fonctions retail (métiers de la vente)
Ces fonctions sont en contact direct avec la clientèle et confèrent un rôle d’ambassadeur. Le costume et les tenues formelles restent à privilégier. Fonctions créatives (direction artistique, stylisme)
Si l’on aspire à travailler dans un studio de design, les looks peuvent être plus créatifs et colorés.

En général, les entretiens se déroulent en plusieurs étapes et commencent avec les RH puis avec les managers.
Poser ouvertement la question n’est pas un tabou : si vous avez encore un doute sur votre tenue après le premier entretien, posez la question aux RH ! Vous pouvez par exemple demander : “Afin d’être certain d’adopter la bonne attitude et renvoyer la bonne image : quels seraient vos conseils en termes de tenues vestimentaires ?”
TES : Quel fond adopter sur sa webcam ?
Le candidat a parfaitement le droit de se sentir à l’aise avec le fait qu’il n’a pas à dévoiler son environnement personnel. Affiches, photos, décoration, tout cela reste du privé.
Le fond fait partie de l’image que l’on renvoie. Cela ne devrait pas être le cas mais le fond peut perturber ! Je recommande d’opter pour un fond uni. Si cela n’est pas possible, utiliser un faux fond ou flouter sont de bonnes astuces. J’utilise par exemple l’image de la fausse chambre épurée pour mes visios.
TES : Ou placer le regard sur la webcam pour convaincre ou sur l’écran ?
Il vaut mieux avoir un point fixe et regarder la personne. Si on regarde la caméra pour s’adresser au recruteur, le candidat ne le regarde plus et cela est déroutant.
TES : La communication non-verbale avec les mains est facilitateur d’échanges en entretien, faut-il l’accentuer en entretien en visio ?
Cela est propre à la personnalité de chacun. Cela ne dessert pas de ne pas parler avec les mains. Et parfois, il vaut même mieux éviter ! Avec le stress, les candidats peuvent manipuler des objets, jouer avec leurs mains pour se rassurer. Cela se voit et peut perturber l’entretien, c’est dommage. La communication non verbale est clef. Je recommande de privilégier les sourires !
TES : Lire son CV sur son écran durant un entretien en visio : do or don’t ?
C’est très malin de le faire, cela fait partie des avantages de la visio, cela peut aider et rassurer le candidat. Cela dit, la lecture à l’écran se voit, il faut être discret et ne pas adopter un ton de récitation. On perd alors la notion de rencontre.
Quoi qu’il en soit, avec les questions RH, les candidats n’auront pas toujours les réponses écrites sur les notes !
TES : Que répondre à la question “Présentez-vous ?” ?
L’espace-temps en entretien peut paraître différent et le candidat peut parfois partir en longueur dans ses explications ! Gérer son temps est absolument essentiel ! Pour parler de ses expériences, la structure est importante, la méthode STAR (méthode qui consiste à contextualiser la Situation mettre en avant Tâche, Action et Résultats) est toujours efficace !
Il est primordial de savoir combien de temps la personne dispose et s’adapter en fonction. D’autant plus qu’avec les réseaux sociaux, notre niveau de concentration baisse et devient celui d’un poisson rouge !
Il faut expliquer la cohérence du parcours, comment on l’a construit : quelle est la logique, comment on est passé d’un point A à un point B, quels projets on a réalisés ? Quels ont été les apprentissages et pourquoi je suis en face de vous et ravie de vous rencontrer ? En quoi ce poste peut-il participer à mon développement ? Si je pense à mon développement, je serais par conséquent motivé. Et en quoi je pourrais être utile par mes compétences, les projets que j’ai réalisés, ma manière de fonctionner, mes valeurs, mes ressources, mon expérience, et cela de façon très synthétique : pas plus de trois minutes au grand maximum !
TES : Poser des questions, est-ce important ?
Oui, cela prouve la curiosité du candidat et prouve sa motivation. Poser des questions sur les avantages oui, c’est important mais il faut ouvrir à d’autres questions sur l’organisation en elle-même.
TES : Dans le cadre d’entretiens pour un stage ou une alternance, à quel moment aborder la question de la rémunération et comment en parler ?
Le demander le plus tôt possible. Surtout pour les étudiants, c’est un critère essentiel alors si ce n’est pas dit à l’entretien, il faut poser la question. Il ne devrait pas y avoir de gêne mais je sais que parfois cela peut être perçu comme un sujet tabou et on n’est pas forcément à l’aise. L’approche peut faciliter la question.Je déconseille d’être trop direct en disant “Quel est le salaire ?”, “Combien je serais payé(e) ?”
Privilégier ce genre de tournures :
– “Cela peut paraître indélicat de poser cette question, j’espère que ce ne sera pas perçu comme un manque de délicatesse car ce n’est vraiment pas le cas, néanmoins, la rétribution est aussi un élément important pour moi, est-ce qu’il serait possible à ce stade de l’entretien de vous poser la question du salaire”.
– “Je ne suis pas très à l’aise de vous poser cette question néanmoins, cela reste un sujet important, est-ce que je peux me permettre de vous poser cette question ?”
L’intention est la même mais l’approche est différente.
TES : Quel est l’objectif des questions liées aux difficultés rencontrées ?
Cette question est très saine et constructive : elle permet de mettre en avant les raisons des difficultés et les apprentissages. Cela part du principe que lorsque l’on rejoint l’entreprise, on gère beaucoup de problématiques et de difficultés, très souvent je trouve que l’on n’accorde pas assez de valeur à l’échec. Pour moi, c’est hyper important d’échouer. Quelqu’un qui a un parcours hyper lisse sans embuche et qui ne connaît pas grand-chose aux difficultés (personnelles ou professionnelles) ce profil-là ne m’intéresse pas du tout car au quotidien, on gère des problématiques de toutes sortes : budgétaires, interpersonnelles, faisabilité, conflits, politique. Donc une personne totalement innocente qui pense arriver dans un monde féérique ne va pas tenir. La covid a aussi montré qu’un des maîtres mots est la résilience : savoir parler de ses échecs et difficultés, c’est faire une démonstration de sa résilience ! Si on a des personnes qui laissent tout tomber, cela ne peut pas fonctionner.

Partager ses difficultés permet de comprendre :
• Quel est le niveau de difficulté à laquelle la personne a pu être exposée et cela permet aussi de se rendre compte par rapport à notre environnement si la personne a déjà vécu des difficultés semblables à celles que l’on pourrait avoir nous-même en interne.
• Quelle est la capacité de résilience de la personne.
TES : Quelles sont les étapes indispensables après un entretien ?
Préparer un mot pour résumer ce que l’on retient de l’entretien, préciser en quoi on pense être le candidat pertinent pour le poste, en quoi on peut apporter quelque chose. Ce message a de l’intérêt : il y a de la matière par rapport au poste, on peut rebondir.
TES : Recommandez-vous aux candidats de faire part de lettres de motivation, lettres de recommandation ?
Une autre RH vous dira peut-être le contraire mais en ce qui me concerne, je ne tiens vraiment pas compte de ces documents. Ces documents sont un peu dépassés et trop peu personnalisés. On trouve beaucoup de copier-coller. Ce sont des documents très orientés et codifiés. Lire “je suis rigoureux, dynamique et motivé” cela ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse en revanche, c’est de comprendre dans quel contexte la personne a travaillé, quelles ont été les difficultés, quelles sont les forces sur lesquelles on peut capitaliser, comment la personne qui a travaillé avec elle la projette, quels seraient les besoins d’accompagnement si on était en mesure de garder la personne sur le long terme ? Être dans le développement et anticiper une organisation interne, cela on ne peut pas l’identifier avec une lettre de motivation !
Pour la recherche de stage, joindre sa lettre de recommandation n’est pas à exclure mais pour des postes plus séniors ce n’est pas forcément adapté : en tant que RH, je privilégie donc les prises de référence par téléphone que de me fier à ces documents. À titre personnel, je n’ai d’ailleurs jamais fait de lettre de motivation et cela ne m’a pas empêché de rejoindre plusieurs maisons du groupe.
TES : Un dernier conseil ?
Je porte mon attention sur la posture dans l’échange et à la personnalité. Plus j’ai d’éléments sur la personnalité, le mieux je suis en capacité de faire un retour. Des candidats qui veulent donner une image (très) lisse et opérationnelle dans le parcours en parlant uniquement des réalisations ne permettent pas de se projeter.
Mettre l’accent sur la dimension humaine est primordial, le pourquoi et le comment j’ai réalisé les choses : tout ce qui est attaché à la réflexion autour, qu’est-ce qui m’anime, me rend curieux.
Les candidats les plus intéressants sont ceux qui sont animés par la passion et m’apprennent des choses par rapport à leur métier, des tendances sur le marché avec de la veille active, vulgarisent un métier technique en parlant avec beaucoup de passion et d’enthousiasme. Quand on sent que le candidat est animé par la passion et le plaisir de s’investir pour ses missions. L’entretien est une rencontre, un moment d’échange. En tant que RH, je donne des informations sur l’environnement et le candidat peut transmettre des choses en dehors de ses expériences.
Aussi, il ne faut pas oublier qu’en face de soi, on a une deuxième personne qui est tout aussi stressée ! Pour moi, la relation candidat-recruteur est équilibrée : le candidat n’est pas en dessous ou au-dessus du recruteur. Le candidat vient avec des compétences, son énergie, son expérience, qui est à la hauteur du besoin. Si on reçoit un candidat, c’est aussi parce que l’on a un besoin, on a besoin de cette personne ici donc il faut se sentir à l’égale du recruteur.
Pour terminer, il est vraiment important de demander du feedback, c’est très important d’en avoir, il s’agit d’une opportunité pour grandir. Parfois on pense ne pas être pris pour les mauvaises raisons, alors que cela peut simplement être dû à d’autres facteurs.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager.

Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on twitter
Share on facebook
Share on email

Ces thématiques devraient vous intéresser